Contraction musculaire et protéines

Bien que les protéines apportent de l’énergie, qu’elles soient consommées sous forme de poudre ou dans la diète, l’énergie pure que ce nutriment apporte n’est pas son rôle clé.

Le rôle principal des protéines est la capacité qu’ils ont à développer les tissus musculaires ainsi que soutenir leur guérison. Mais avant d’expliquer comment les protéines que l’on consomme, il convient de présenter brièvement la structure et le fonctionnement de ces tissus musculaires.

Muscle : structure

Le muscle squelettique contient de longues fibres striées, que l’on appelle fibres (ou cellules) musculaires ; qui sont regroupées entres elles. Ces fibres sont attachées aux tendons, eux-mêmes attachés aux os :

skeletal-muscle

Chacune de ces fibres sont en fait de longues cellules contenant plusieurs noyaux ; et c’est grâce à cet agencement que la contraction musculaire est possible ; c’est à dire, le raccourcissement du muscle. Les fibres musculaires sont composées de myofibrilles ; et chacune de ces myofibrilles contient les unités contractiles, que sont les sarcomères. Les sarcomères sont agencés les uns devant les autres, formant ainsi les myobribilles. Chaque sarcomère contient deux filaments de protéines : la myosine (filament épais), et l’actine (filament fin).

La myosine est attachée au centre du sarcomère sur la bande M, alors que les fibres d’actines sont attachées au lignes Z, aux extrémités du sarcomère

La contraction musculaire

C’est lorsque ces filament  de myosine et d’actine se croisent que la contraction musculaire a lieu. Bien que ce méchanisme se nomme « glissement des filaments d’actine », cette contraction musculaire est provoquée lorsque les têtes de myosine s’accrochent à l’actine et tirent ces filaments vers l’intérieur.

contraction

Cette contraction se produit lorsque qu’une molécule d’ATP se lie aux têtes de myosine ; alors que ATP se transforme en ADP + Pi (phosphate inorganique), la tête de myosine s’étends (ou se « lève ») pour venir s’attacher à une liaison sur la fibre d’actine, formant alors un pont myosine-actine.

myosin-actin

Grâce à cette liaison entre les deux fibres, le sarcomère se raccourcit, et ce au moment où les fibres d’actines (attachées aux extrémités du sarcomère) sont tirées vers l’intèrieur. Durant ce dépacement (ou glissement), la molécule d’ADP + Pi est libérée, alors que la tête mysosine reste attachée à l’actine. Une nouvelle molécule d’ATP se lie à la tête, soit pour la détacher de l’actine, pour ensuite recréer un pont myosine-actine, ou bien tout simplement la libérer, lors du relâchement musculaire.

Sollicitation du muscle

Lorsqu’ un muscle est sollicité, sous forme de contractions intenses et répétées (durant un entraînement tout simplement), le glissements des fibres d’actine conduisent à des dommages, en partie à cause de la forte tension qui est appliquée. Parfois même, c’est le glissement lui-même qui n’est pas optimal. Ces fibres, à force d’étirement, sont affaiblies, et parfois même détruites.

Afin de réparer ces dommages et prévenir les futurs  dommages (qui auront lieu lors de votre prochaine séance), le muscle a donc besoin de se régénérer et renforcer ces fibres. Ces cellules, comme la plupart de celles de votre corps sont faites de protéines. Le corps a donc besoin d’un apport en protéines non seulement pour la récupération mais aussi pour la croissance et développement musculaire.

weight_lifting_myths_busted_post_workout_protein_18o146o-18o147s


Vous avez aimé cet article ?

Alors, Restez Fit, restez connecté. Faites comme + de 2000 abonnés et recevez toute l'actualité du site dans votre boîte ! *Votre vie privée est en sécurité