L’Acétyl-L-Carnitine

Les amis,

je vais vous parler aujourd’hui de l’ALCAR, forme acétylée de la L-Carnitine. l’ALCAR possède des effets différents de la L-Carnitine, c’est un supplément qui a été popularisé par les athlètes et les bodybuilders. Bien que la carnitine soit convertie en acylcarnitine au sein des muscles squelettiques ; ce supplément manifeste également ses qualités ailleurs ; comme par exemple sur le cerveau ou la régulation hormonale.

neurons_feat

Qualités de l’ALCAR

De nombreuses ont démontré depuis longtemps que l’ALCAR possédait de nombreuses vertus, comme la préservation du fonctionnement cardiovasculaire, la protection du fonctionnement neuronal et le ralentissement du vieillissement cérébral, le ralentissement également du vieillissement cellulaire lié à une diminution de l’activité des mitochondries.
C’est la raison pour laquelle l’ALCAR est étudié pour le traitement de la maladie d’ Alzheimer.
De plus, il semblerait que l’ALCAR puisse être utilisé afin de traiter le diabète en augmentant l’activité des mitochondries et en améliorant la captation du glucose par les cellules musculaires.

Enfin, l’ALCAR semblerait également diminuer la pression sanguine, et ce en augmentant le diamètre des artères brachiales.

Précisons que les recherches sur l’amélioration des capacités athlétiques et de la performance sportive restent anecdotiques ; aussi il n’a pas lieu de s’attarder sur l’utilisation de l’ALCAR dans le cadre de la performance sportive.

D’autres études qui ont été faites sur l’ALCAR et son impact sur le cerveau ont montré qu’il semblerait avoir une action sur les niveaux hormonaux ainsi que sur la production de dopamine. Je précise quand même que ces études ont été faites sur des rongeurs, et qu’il n’y a pas de certitude avérée quant à l’efficacité de l’ALCAR sur la production hormonale aussi bien pour les individus en bonne santé, que pour les personne non-athlètes.

Cependant, pour les femmes souffrant d’aménorrhée hypothalamique ; qui est l’arrêt des règles (souvent provoqué par un dysfonctionnement de l’hypothalamus ; lui-même lié à une diète hypocalorique trop importante), il semblerait que l’ALCAR joue un rôle bénéfique à partir de 2g/jour.
L’ aménorrhée hypothalamique est un dysfonctionnement hormonal qui touche beaucoup de femmes athlètes ; et des tests sur des sportives ont montré que la consommation de la dose annoncée a notamment permis de réguler leur cycle menstruel. C’est souvent pour ces mêmes athlètes, pour lesquelles le régime alimentaire est restrictif (pour plusieurs raisons ; qu’elles soient basées sur des critères esthétiques ou des critères de performance), que l’utilisation de l’ALCAR peut s’avérer intéressante.

De plus, l’ALCAR présenterais d’autres bénéfices, dans le cadre d’une sèche (ou régime hypocalorique), en augmentant la production de dopamine ; c’est cette dernière dont la production est ralentie en période de sèche.

La production de dopamine diminuant, c’est la régulation homéostatique de la consommation d’aliments qui en est affectée ; et c’est aussi la raison pour laquelle la faim augmente en période de sèche, et ce à cause d’un affaiblissement de la signalisation neuronale. L’ALCAR, en augmentant la production de dopamine, permettrait donc de calmer la sensation de faim, ainsi que la fatigue.

Certaines personnes ont également rapportés une augmentation de la clarté mentale, ou de la concentration, en couplant l’ALCAR avec de la caféine ; mais aucune étude n’a véritablement été faite dans ce sens.

Enfin, pour les personnes âgées, l’ALCAR permettrait de protéger le fonctionnement mitochondrial, et sur des rongeurs, couplé à de l’acide lipoïque, les effets ont été plus importants. Mais encore une fois, il n’existe pas véritablement d’étude probante chez les humains pour le moment.

Contre-effets

L’ALCAR, chez certaines personnes, peut cependant provoquer les troubles suivants :

  • Diarrhées à fortes doses.
  • Fortes odeurs corporelles.
  • Nausées et vomissements.

De plus, il est déconseillé de consommer de l’ALCAR si vous consommez les médicaments suivants :

  • Cisplatine ou Paclitaxel (vendu sous le nom de Taxol), qui sont un groupe de médicaments utilisés pour combattre les cancers.
  • Didanosine (médicaments antirétroviral) ou médicaments de la famille de la stavudine (comme le Zerit).

Comment prendre l’ALCAR ?

Et bien, 1 à 3 grammes/jour dès le réveil, ou avant une séance d’entraînement permet de bénéficier des effets annoncés. Il faut idéalement consommer ce complément alimentaire avec de la caféine

Sources naturelles d’ALCAR

C’est la viande rouge qui contient le plus d’ALCAR, mais il se trouve en plus petites quantités également dans d’autres produits, comme :

  • Les produits laitiers.
  • Le poisson.
  • La volaille.
  • Les asperges.
  • Les avocats.

Conclusion

Peut de mauvais effets, et bien que rien ne vienne à prouver aujourd’hui que l’ALCAR joue un véritable rôle ergogénique, ce supplément possède quand même de potentiels effets bénéfiques pour la préservation du fonctionnement cérébral ainsi que l’augmentation de l’activité mitochondriale.
L’ALCAR n’est pas un supplément onéreux, et le dosage étant faible, il n’y a pas vraiment de risques avec ce complément alimentaire.

Sources


Vous avez aimé cet article ?

Alors, Restez Fit, restez connecté. Faites comme + de 2000 abonnés et recevez toute l'actualité du site dans votre boîte ! *Votre vie privée est en sécurité