Nouvelle année, nouvelles résolutions

1

Bonne année, et bonne santé aussi. L’année 2015 est terminée, et c’est l’année 2016 qui désormais nous accueilles les bras ouverts.

La nouvelle année est souvent l’occasion de démarrer de nouveaux objectifs, comme arrêter de fumer, se (re)mettre au sport, ou encore : travailler plus. Je trouve chaque nouvelle année excitante, parce qu’elle permet de repartir sur de nouvelles bases, et se donner une vision de ce qu’il adviendra de sa vie sur l’année à venir.

Je reste persuadé que les résolutions, peu importe quand elles sont prises, sont quelque chose de très puissant ; elles correspondent à une envie sincère et honnête de mieux vivre sa vie ; et un peu moins avoir l’impression qu’elle nous échappe.

Dans cet article, nous allons voir ensemble comment préparer la nouvelle année qui commence ; je vais notamment proposer quelques angles de réflexion afin de planifier sa nouvelle année, mais également discuter de concepts, comme les facteurs limitants, ou encore, les attentes réalistes.

Avant de plonger dans le vif du sujet, je vais vous raconter une histoire, celle de Lisa Allen, la trentaine. Un matin, Lisa s’est réveillée, et c’est encore un peu désorientée qu’elle saisit un stylo, pensant par mégarde qu’il s’agissait d’une cigarette…

Fumeuse depuis l’âge de 16 ans, l’odeur du plastique suffit à déclencher chez elle une vague de désespoir ; et c’est en pleurs qu’elle se mit à faire l’inventaire de sa vie : mariage raté, travail frustrant ; et l’incapacité de rester dans la même entreprise plus d’une année.

C’est peu de temps après qu’elle s’imagina en Egypte, en plein trek dans le désert, pour une année.

Drôle de vision pour une personne en surpoids, sans épargne : c’est là la recette idéale pour un échec garanti.

Cependant, convaincue qu’elle pourrait y parvenir, têtue et tenace, Lisa commença par ne plus toucher de cigarettes ; après une demi-vie sous l’emprise d’un tabagisme ravageur.

C’est après s’être éduquée, qu’elle découvrit le pouvoir des habitudes ; et combien nos vies sont fortement influencées par les habitudes ; comme le réflexe qu’elle a toujours eu, celui de saisir une cigarette lorsque le stress l’envahit.

4 années plus tard, Lisa ne fume plus ; et grâce à un effet domino ; a également perdu plus de trente kilos, possède désormais une maison, a repris ses études ; et plus important : a pu courir son premier marathon.

Le meilleur dans tout ça : Lisa a effectué son trek en Egypte. Bien qu’elle l’ait fait avec six autres personnes, dans une caravane climatisée ; son rêve s’est quoi qu’il en soit réalisé.

separator-gradient

Si cette histoire vous semble incroyable ; il n’en n’est rien, c’est une histoire vraie, celle d’une personne comme vous et moi.

Quel est donc le secret de Lisa ? Une “chance” ; ou un “concours de circonstances”. Et bien non, simplement la foi en elle-même, ainsi que la conviction qu’elle pouvait réaliser ses rêves.

Si il y a bien un secret chez Lisa, il s’agit en fait du pouvoir des habitudes ; qui consiste à bâtir et articuler sa vie, autour des habitudes que l’on effectue chaque jour.

Les matinées deviennent des journées, qui deviennent des jours, eux-mêmes devenant des semaines ; des mois, puis des années. Et un matin, sans que l’on comprenne vraiment ce qu’il s’est passé, notre vie a complètement changé.

A votre tour, il est possible de comprendre comment les habitudes fonctionnent, et comment vous pouvez les mettre à profit, pour qu’elles vous accompagnent dans vos résolutions.

Résolutions : nouvelles habitudes

Lorsque l’on prends une résolution, il s’agit dans beaucoup de cas de quelque chose que l’on souhaiterais faire, comme par exemple, se remettre au sport. Et cette résolution peut en fait être comprise comme une nouvelle habitude.

Lorsqu’il s’agit d’une résolution qui n’est pas une habitude à proprement parler, c’est au travers des habitudes, que la résolution peut être réalisée. Par exemple, si j’ai la résolution de lire 1 livre par mois, il faudrait que j’adopte l’habitude adéquate, à savoir : lire un peu chaque matin.

Lorsqu’il s’agit d’une résolution dite externe, par exemple, posséder une certaine somme d’argent ; encore une fois, il est possible d’implémenter dans sa vie un ensemble d’habitudes, permettant d’atteindre l’objectif. Dans cet exemple, il s’agira par exemple de devenir expert dans un domaine, ou bien commercialiser un produit.

Les résolutions peuvent êtres liées à un ensemble d’habitudes ; d’ailleurs, dans beaucoup de livres de développement personnel, tout ce qui tient du “magique”, correspond en fait à la mise en place de nouvelles habitudes, comme par exemple la visualisation ou la volonté, etc…

Nous sommes des créatures d’habitude, et notre interaction avec le monde se fait en grande partie au travers des actions que l’on répète quotidiennement ; et c’est notre développement qui se fait au sein de ce cadre, que la répétition permets de faire exister. Je cite :

  • Déjeuner
  • Aller en salle
  • Conduire ses enfants à l’école
  • Faire ses courses le week-end

Exercice : nouvelles habitudes

Comment donc planifier ses objectifs, et réaliser ses résolutions pour la nouvelle année ? Voici un petit exercice, qui vous aidera à le faire !

  1. Lister ses résolutions (pas plus de 5).
  2. En dessous de chaque résolution, réfléchir à une ou deux habitudes liées. Il s’agit là d’identifier les habitudes responsables de la résolution. Si je souhaite arrêter de fumer, je devrais commencer par ne plus fumer dès le réveil.
  3. Commencer dès aujourd’hui à modifier, (ou bien le cas échéant, adopter) l’habitude en question. Ici, il ne s’agit pas de changer sa vie de manière drastique, mais implémenter une stratégie tenable sur le long terme.
  4. Pour chacune de ces habitudes, se donner un objectif de réalisation, par semaine. Pourquoi ? Et bien, pour vous faire comprendre qu’il sera normal dans un premier temps, de ne pas forcément tenir l’habitude tous les jours ; mais qu’il reste possible quoi qu’il en soit, de pouvoir se ressaisir, et continuer à avancer. Par exemple :

« Ne pas fumer au réveil : au moins 4 fois/ semaine »

my-habits

Et voillà, vous avez là tout pour commencer à appliquer vos nouvelles résolutions. Dans la partie suivante, je vais discuter de quelques stratégies, afin de s’y tenir.

Résolutions : comment les tenir ?

Avoir des résolutions c’est bien, les tenir : c’est mieux !

Mais parfois, dur de tenir ses habitudes. Il suffit de les oublier une ou deux fois ; pour finir par ne plus y penser. Et c’est comme cela que l’on finit par abandonner ses résolutions, et penser que l’on n’y arrivera jamais. Je vais proposer ici quelques astuces, afin de grandement augmenter ses chances de réussite :

  1. Imprimer ses résolutions, et les mettre en évidence : dans son bureau, à côté du lit ; dans un endroit insolite, qui vous forcera à vous rappeler vos objectifs chaque jour.
  2. En parler avec son entourage, afin de valider ces résolutions : dites à votre entourage que vous avez décidé de vous remettre au sport, et encouragez-les à vous soutenir. Vous pouvez également faire appel à nos coachs, qui se feront un plaisir de vous suivre quotidiennement.
  3. Définir des petites récompenses, une fois les habitudes tenues : par exemple, si j’arrive à ne pas fumer au moins 5 fois dans la semaine, je peux me faire plaisir en allant au restaurant. Attention, il ne s’agit pas là de tomber dans un système punitif, très mauvais pour l’estime de soi, mais plutôt apprécier et reconnaître ses efforts. Et en être fier. Pour les objectifs du site, nous avons associé des objectifs à une récompense ; et une fois les objectifs atteints, nous nous offrons une récompense.
  4. Manquer une résolution (c’est à dire les habitudes liées) n’annule en rien la réussite. Il s’agit là de comprendre que « l’échec » fait partie de la réussite. Il faut considérer chaque matin comme l’occasion de réussir. Lorsque je suis en sèche, il m’arrive parfois de craquer ; mais cela ne m’empêche pas de continuer le jour d’après. On pourrait imaginer tenir ses habitudes comme l’apprentissage d’une nouvelle discipline : ça n’est pas parce que je fais des fausses notes que je dois arrêter d’apprendre à jouer d’un instrument ! 
  5. Y aller graduellement : pour la personne n’ayant pas fait de sport depuis quelques années, il me semble difficile qu’elle puisse du jour au lendemain faire 5h de sport par semaine (c’est assez rare). Il est donc préférable d’attaquer doucement une nouvelle habitude, afin qu’elle n’apporte pas de modifications drastique à sa vie, afin de grandement augmenter ses chances de réussite.

Résolutions, et facteurs limitants

Lorsque l’on parle de nouvelles résolutions, il est important de mentionner un concept lié : les facteurs limitants. Qu’est-ce qu’un facteur limitant au juste ?

Il s’agit de quelque chose vous empêchant de mener à bien une tâche, ou accomplir un objectif. Par exemple, qu’est-ce qui m’empêche de ne pas fumer chaque matin, cela peut-être la proximité avec le paquet de cigarettes ; le manque d’activité, ou encore, le manque d’une routine matinale, pouvant aider à démarrer sa journée et ne plus penser à fumer.

Un autre facteur limitant : j’aurais peut-être plus de mal à me motiver, si je ne bénéfie pas d’un soutien social ; ou encore, si tous mes collègues sont fumeurs.

Pour ses résolutions, et afin de mieux vous aider à identifier pourquoi vous avez peut-être échoué les années précédentes. En identifiant les différents facteurs limitants, il est plus facile d’avoir un cadre propice à l’habitude.

Exercice : facteurs limitants

Cet exercice va consister à reprendre les habitudes citées plus haut, et pour chacune, tenter de déterminer au moins un facteur limitant. C’est une fois ce facteur limitant déterminé, qu’il sera alors possible d’implémenter des changements dans sa vie. Par exemple,  si je sais que mes collègues fument durant les pauses, alors je pourrais soit :

  • Passer du temps avec des collègues qui ne fument pas.
  • Leur expliquer que j’ai la résolution de ne plus fumer ; et que je les invite à me supporter.

L’habitude est l’âme des Etats.
Alexandre Pouchkine

Je crois que comprendre et éliminer les facteurs limitants et la clé pour le changement. Les identifier  vous aidera à mieux vous connaître et comprendre comment votre volonté s’articule au sein du contexte dans lequel vous êtes. Nos perceptions et les idées que nous nous faisons de notre vie définissent un « cadre » limitant grandement ce dont nous sommes capable. Lorsque nous émettons des objections internes, il s’agit en fait d’une manière de penser, centrée sur ce que nous ne pouvons pas faire, au lieu de savoir ce de quoi nous sommes capable. Pire encore, c’est lorsque l’on se persuade que nous ne sommes pas capable de réussir, que l’on se biaise à croire que c’est le cas, et l’on considère l’échec comme une fatalité. Il est donc alors impossible de concevoir la solution à un problème donné, aussi évidente soit-elle. Il s’agit donc, au travers de la compréhension de ces facteurs limitants, de réaliser l’existence de ce « cadre », comme un obstacle à la définition d’une solution ; permettant de réussir.

Cadre social

L’environnement social fait partie intégrante de ce cadre : bien que l’on pense qu’il puisse être possible d’atteindre ses objectifs à contre-courant de son environnement social, la difficulté n’en n’est que trop importante. Alors que l’on pourrait penser que la réussite soit déterminée par des facteurs intrinsèques, comme l’intelligence, ou bien extrinsèques, comme des facteurs socio-économiques : il n’en n’est rien. Des études ont montré que le véritable facteur déterminant est le groupe social. Passer du temps avec des personnes négatives augmentera les chances de devenir « négatif » à votre tour. Je ne dis pas que vous terminerez misérable et dépressif ; et je ne parle de pression des pairs (bien que cela puisse exister), mais que le groupe social exerce une influence plus subtile peut-être, sur notre comportement. Au final, il est plus facile de se retrouver dans des situations plus difficiles, dans une environnement peu enclin à vous supporter dans la réussite de vos objectifs. Le groupe social est donc très important : il définit aussi bien nos « bons » que « mauvais » choix.

peer-pressure
La pression des pairs

Un entourage peu encourageant s’avère être un fort facteur limitant, auquel il est difficile de s’opposer. Certains de nos clients considéraient même se couper de certains de leurs amis, qui leurs paraissaient avoir une trop mauvaise influence sur eux. Bien que ce choix s’avère être une nécessité de dernier recours, il n’est pas forcément utile d’en arriver là. Il peut être intéressant par contre de se faire de nouveaux amis, et passer du temps dans un nouvel environnement, qui vous supporte pleinement, peut être une très bonne chose pour vous aider à, non seulement accomplir vos objectifs, mais également contre-balancer l’influence négative que certains peuvent éxercer sur vous.

Pour les plus sceptiques d’entre vous : que se passera-t-il si toutes les personnes avec lesquelles vous passez du temps sont en forme, actives, et pratiquent régulièrement une activité physique ?

Attentes réalistes

Lorsque l’on souhaite changer, il est parfois de difficile de savoir à quoi s’attendre de manière réaliste :

  • Est-il possible de perdre 10 kilos avant l’été ?
  • De soulever 90 kilos au développé-couché en trois semaines ?
  • De lire 3 livres par semaine ?

Pour toutes les questions que l’on se pose, ce sont les attentes que l’on en a, qui vont définir dans une mesure, sa capacité à y répondre. Lorsque l’on travaille sur de nouvelles résolutions, il faut comprendre quelles sont les limites. La première chose que nous faisons avec nos clients, c’est leur expliquer pourquoi certains de leurs objectifs ne sont pas réalistes, mais que cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’y aura pas de changement. Seulement, cela demandera peut-être plus de temps ; et plus de patience. Etre réaliste, c’est pouvoir accomplir ses objectifs avec plus de facilité. Nous discutons de ce point dans notre e-book : La nutrition appliquée pour le débutant.

Quelques indicateurs, afin de vous aider à mieux comprendre :

  • Une personne n’ayant jamais fait de musculation pourra gagner jusqu’à 10 kilos de muscle la première année. Ensuite, ce chiffre se divise par deux pour un pratiquant naturel.
  • Perdre 2 kilos/ mois est une moyenne réaliste. Parfois il sera possible de perdre plus, et parfois, la perte de poids sera plus lente.
  • Des études ont montré qu’une seule nouvelle habitude par mois augmente les chances de réussite. Ajouter une deuxième habitude réduit grandement les chances de réussite.

Exercice : attentes réalistes

Dans cet exercice, nous allons nous assurer ensemble que vos objectifs et habitudes liées soient réalistes :

  1. Pour chacun des objectifs et habitudes, se poser la question suivante : « cela me semble-t-il faisable ? »
    • Si oui, alors conserver l’objectif ou l’habitude.
  2. Si non, le reformuler, afin qu’il devienne réaliste. Par exemple : faire du sport 1h/ semaine, en lieu et place de 5h/ semaine.

Conclusion

Une nouvelle année, c’est aussi une nouvelle vie ; l’occasion de faire de nouvelles rencontres, de sortir de sa zone de confort, se changer les idées ; et faire ce que l’on a toujours rêvé de faire. Plutôt que voir les résolutions comme une contrainte, il faut au contraire apprécier pourquoi nous les voulons : une envie sincère et honnête de mieux vivre sa vie ; et un peu moins avoir l’impression qu’elle nous échappe.

Inutile de se presser, ni faire la course. Vos résolutions, c’est votre vie, et vos envies. Peu importe le temps qu’il vous faudra, et peu importe ce que vous devez faire pour réussir vos résolutions.

Nous sommes avec vous, et vous encourageons à croire en vous, plus que jamais…

A lire


Vous avez aimé cet article ?

Alors, Restez Fit, restez connecté. Faites comme + de 2000 abonnés et recevez toute l'actualité du site dans votre boîte !

Commenter